Chargement des événements

« All Events

REBECCA HORN. THEATRE DES METAMORPHOSES

08/06/2019 - 13/01/2020

Rebecca Horn, Die sanfte Gefangene [La douce prisonnière], 1978 Photographie de tournage du film Der Eintänzer [Le Danseur mondain] Collection Rebecca Horn © Adagp, Paris, 2019 © Droits réservés

Rebecca Horn. Théâtre des métamorphoses
Du 8 juin 2019 au 13 janvier 2020
Lieu(x) : Centre Pompidou-Metz , Galerie 2

L’exposition Rebecca Horn. Théâtre des métamorphoses au Centre Pompidou-Metz met en lumière le riche éventail de formes d’expression déployées par l’artiste. Suite à une maladie pulmonaire, Rebecca Horn fait du corps le matériau privilégié de son œuvre. À travers son goût pour les associations paradoxales, elle met inlassablement en scène les antagonismes qui sous-tendent nos vies : sujet et objet, corps et machine, humain et animal, désir et violence, force et infirmité, harmonie et désordre. Le vivant et l’inerte apparaissent transfigurés, l’objet est doué d’âme, l’individu est caractérisé par sa fragilité physique et sa capacité à se réinventer. De là naît l’inquiétante étrangeté de son œuvre.

Rebecca Horn perpétue de manière unique des thèmes légués par la mythologie et les contes, tels que la métamorphose en créature mythique ou hybride, la vie secrète du monde des objets, les secrets de l’alchimie ou les fantasmes de corps-automates. Elle fait résonner ces thèmes fondateurs, qui ont peuplé de nombreux courants de l’histoire de l’art tels que le maniérisme ou le surréalisme avec l’histoire contemporaine. L’exposition souligne l’apport des pairs spirituels de l’artiste qui ont nourri son imaginaire : Man Ray, Marcel Duchamp, Meret Oppenheim, ou Constantin Brâncuși. Ses films sont sous-tendus par une énergie libératrice et anarchique où la poésie et l’humour désamorcent souvent la violence latente. Ils s’attachent d’abord à documenter ses performances intimistes et corporelles, puis s’affranchissent progressivement pour devenir l’arène privilégiée où les sculptures mécanisées et les acteurs sont engagés dans des récits tout à la fois tragi-comiques ou surréels.

D’un théâtre de l’intime, habité par son corps meurtri, elle s’ouvre progressivement au monde afin d’en rendre sensibles les vicissitudes et le déracinement des hommes déplacés par les conflits et l’exil, à l’image de son œuvre Bee’s planetary map, en référence à l’exil, et à ceux « qui ont perdu leur équilibre ». Rebecca Horn oppose au « mouvement de fuite » qui parcourt le monde, « une stabilité, un lieu où les êtres peuvent retrouver leur identité » 1. Elle exprime la force de l’art comme expression primordiale de la vie et de la conscience de soi, au-delà de toute limite. Cette exposition est une invitation à partager cette scène sensible afin qu’elle devienne pour le visiteur-spectateur « l’espace libre de sa propre imagination » 2.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest
Centre Pompidou-Metz
Centre Pompidou-Metz
1, Parvis des Droits de l'Homme
57020 Metz
+33 (0) 3 87 15 39 39
+ Google Map